Mieux produire

Comment sensibiliser les entreprises au risque d’épuisement des ressources naturelles au rythme actuel de croissance ?

L’objectif du plan ressources pour la France est de mieux appréhender les enjeux de dépendance de l’économie aux matières premières afin de mieux utiliser les ressources et de limiter les impacts croissants de l’extraction des ressources naturelles.

  • Lier la sensibilisation au risque d'épuisement des ressources à la rentabilité de l'entreprise...

    TERRAOTHERM - 30 Octobre 2017 - 14h55
    Sensibiliser une entreprise à l'épuisement des ressources naturelles fonctionne bien quand celle-ci pourra y "gagner" quelque chose, soit en terme d'image, soit en terme financier. In fine, l'objectif d'une entreprise est bien sûr toujours la rentabilité, sinon sa mort est programmée! Partant de ce constat, l'entreprise doit savoir faire un lien entre l'augmentation de la productivité des ressources naturelles qu'elle utilise et sa rentabilité.

    Prenons l'exemple d'une entreprise qui utilise du gaz pour chauffer des process : le prix du gaz augmentera immanquablement dans les prochaines années. Pour être rentable, l'entreprise devra trouver le moyen d'augmenter la productivité du gaz qu'elle utilise...2 solutions : produire en utilisant moins de gaz (difficile) ou RECYCLER l'énergie thermique produite lors du process, larguée dans l'atmosphère via les cheminées, et réinjecter celle-ci pour diminuer d'autant sa consommation de gaz. L'énergie circulaire en quelque sorte.

    Anthony Bonafé
    pour reprendre l'exemple du gaz l'entreprise doit aussi être incitée à acheter du biogaz produit à partir du compost (voir l'exemple de la Suède, ici de plus en plus de véhicules roulent grâce au biogaz produits à partir des déchets alimentaires)
  • Inscrire les entreprises dans leur territoire

    David Corre - 31 Octobre 2017 - 10h22
    Amorcé depuis quelques années en France par l'émergence de démarches d'Ecologie Industrielle et Territoriale (soutenue par l'ADEME/Les Régions).
    Le soutien à l'ancrage territoriale des entreprises doit se poursuivre par différents leviers : leur politique RSE, l'attractivité du territoire sur lequel elles sont installées, la force du réseau local d'entreprise qui s'ignore souvent.

    En mobilisant les chef.fe.s d'entreprises sur le sujet, il devient possible de créer de nouvelles opportunités de travail/business entre entreprises d'un même territoire.

    Ce pour le développement d'un entrepreneuriat de territoire. Cet entrepreneuriat de territoire peut déboucher à terme sur des SCIC ou sociétés de codéveloppement à statut plus classique.

    Il apparait nécessaire de décloisonner : services développement économique avec services DevDurable pour être pertinents.
  • Prévoir une taxe basée sur la disponibilité de la ressource

    Adeline Almero - 02 Novembre 2017 - 15h59
    Plus la disponibilité est faible/ plus il est difficile de la renouveler plus le produit est coûteux ce qui devrait inciter les entreprises à utiliser des matériaux recyclés, du responsable/durable et du renouvelable.
    Pour cela il faut prendre en compte non seulement la disponibilité de la ressource mais également la source de l'achat : issu de production renouvelable (type on coupe un arbre on en replante un), ...
    Céline Fassi
    Je suis d'acclrd, il faut allégeres taxes pour les produits dont les ressources sont renouvelées.
  • En changeant les règles du jeu

    Alexandre Lemille - 03 Novembre 2017 - 21h18
    Si vous changer le système de taxation, d'imposition, légal et finanicer (comptabilité et autre), les entreprises n'auront pas besoin de réfléchir à deux fois pour savoir où et comment investir. Tant que nous évolueront dans un système voué aux grandes institutions financières et nationales reconnaissant uniquement le PIB et la croissante comme repère du succès économique, nous pourrons discuter, mais vous nous ferez surtout perdre notre temps. L'Optimisation de la Valeur Circulaire (OVC) explique un système de mesure où nous inciterons les entreprises à investir dans la régénération des systèmes en éradiquant les toutes les externalités négatives. L'OVC est expliquée ici dans 3 articles séparés: OVC1 [lien supprimé] OVC2 [lien supprimé] et OVC3 [lien supprimé]
    priscilleg
    bonne idée !
  • Une incitation financière beaucoup plus forte

    Couderc Fabien - 05 Novembre 2017 - 20h09
    La seule manière de sensibiliser les entreprises au risque d'épuisement des ressources est de les inciter financièrement à faire des choix durables. La fiscalité doit être fortement punitive pour les pollueurs et doit récompenser les entreprises vertueuses.
  • Une augmentation plus rapide des normes environnementales

    Couderc Fabien - 05 Novembre 2017 - 20h19
    En plus d'une incitation financière, il faut que les normes environnementales à respecter par les entreprises deviennent progressivement plus contraignantes.
  • Baisser les subventions pour les productions toxiques/polluantes et favoriser les alternatives saines/écologiques.

    Nicolas Servant - 06 Novembre 2017 - 12h38
    L'état déverse des subventions aux productions qui polluent énormément, je pense à la production d'aliments et particulièrement l'élevage qui est une des principales sources de gaz à effet de serre, de pollution des sols, de l'air, des eaux, source de maladie (grippe aviaire, porcine, tuberculose etc.) et qui est subventionné par l'état.

    Moins subventionner les productions polluantes d'aliments et subventionner les alternatives écologiques et saines est une chose facile à mettre en place.
    Poopie
    Ne plus subventionner ces productions polluantes ! Car dans ce cas l'état paie deux fois : une fois par la subvention qui est une sorte d'acceptation et une autre pour mettre en place des politiques pour ne plus utiliser ces produits polluants! Bonjour schizophrénie!
  • inciter à la transition d'une industrie de la viande animale vers celle des protéines végétales

    Badourmane Grompfel - 06 Novembre 2017 - 17h16
    Inciter les acteurs de l'industrie agro-alimentaire, des producteurs aux transformateurs, à réduire les sources animales et augmenter considérablement la part des ressources végétales dans la production d'aliments. Ceci réduira l'empreinte écologique de cette industrie (le rendement de la production protéique par exemple est beaucoup élevé par les végétaux), diminuera les facteurs de risque métaboliques et oncologiques de la population, et fera décroître la maltraitance animale.
    MgxDns
    Insister sur la qualité des produits animaux plutôt que sur un remplacement total de l'animal par végétal ("beaucoup moins de viande mais de meilleure qualité")
  • Mettre en place le Bonheur National Brut

    Poopie - 07 Novembre 2017 - 10h26
    Les seuls critères utilisés pour juger l'activité économique en France et en Europe sont financier et ne prennent pas en compte les impact environnementaux, ni sociaux.
    Mettre en place des critères prenant en compte la pollution, l'impact sociétale à l'image du Bonheur National Brut mis en place par le Bhoutan et étudier par l'ONU permettrait une forte valorisation des économies solidaires, et des entreprises qui les développent.
    QuentinH
    Comme le montre le titre de ce thème, le problème viens des entreprises mais aussi "du rythme de croissance actuelle". Pour adresser les racines de ces problématiques il faut en effet redéfinir l'idée de "croissance". Accepter la complexité de notre société c'est clarifier ce qui doit réellement croitre (le bonheur, la santé, la biodiversité, la culture, ...) et ce qui doit décroitre (la pollution, les gaz à effet de serre, la pauvreté, la faim, la souffrance...). les indicateurs de l'économie doivent refléter ces objectifs.
  • L'angle c'est l'argent

    math - 09 Novembre 2017 - 00h09
    Pour les entreprises, c'est le risque financier (=survie de l'entreprise) qui compte. Il faut partir du cas concret de chaque secteur, voire de chaque entreprise et communiquer aux professionnels de ce domaine en leur exposant la chaîne de causes et des conséquences qui mèneront leur commerce à la faillite si les ressources qu'elles épuisent arrivent à épuisement, et leur proposer une alternative viable.
    Emilie L
    Et aider les entreprises à identifier des filières de valorisation de leurs déchets, ce qui génèrera des revenus complémentaires
Back to top