Mieux consommer

Qu’est-ce qui vous inciterait à faire réparer vos objets détériorés plutôt que de les jeter ?

L'allongement de la durée d’usage des produits par la réparation contribue à réduire l’utilisation des ressources et les déchets.

  • Un réseau de réparateurs

    Lolo - 30 Octobre 2017 - 18h18
    S'il on n'est pas bricoleur, faire réparer un objet coûte très cher...
    Par ailleurs, il semble que le réseau Emmaüs ne reprenne plus les objets s'ils sont un peu détériorés, même gratuitement (meuble, électroménager ...).
    Des associations pourraient donc se lancer sur ce créneau de la réparation (pourquoi pas avec des personnes en insertion), tous objets confondus, mais avec un maillage correct du territoire.
    Martino25550
    Des réseaux de réparations existent mais souvent méconnus ou souffrant d'une image dévalorisée
    Juliette Consola-Angelergues
    > en réponse à Martino25550 : Pas faux mais dans ce cas on pourrait labelliser les plateformes et réseaux de réparation responsables. Garantie de l'État contre souplesse / flexibilité de la vie locale.
    Loic Gervais
    Bonjour. Ce réseau existe déjà à traers (notament) les repair cafés
    JOEL COURET
    Il est regrettable que l'on ait oublié que réparer est un métier, exercé par de très nombreux professionnels qui aiment leur travail et le font bien dans des conditions économiques correctes. Commencer par demander conseil à un artisan réparateur indépendant est la réponse la plus adaptée à un défaut de fonctionnement ou une panne.
  • Une banque de la réparabilité

    Florence Presson - 30 Octobre 2017 - 23h11
    A chaque achat d'un bien, un % du prix crédite un "compte bancaire" qui est au nom de chaque acheteur.
    Au fur et à mesure des achats, ce compte augmente.
    Lorsqu'un bien est endommagé, la réparation est prioritairement réglé au réparateur via ce compte.
    Pour la personne : le coût de la réparation est quasi indolore
    Développement d'un réseau de réparateurs locaux avec simplification du règlement via cette "banque"
    FML
    Excellente initiative
  • Obtenir facilement les pièces de rechange

    expertepinard - 31 Octobre 2017 - 00h29
    Un appareil ménager ayant 2 ans 1/2, de marque Suisse, va partir au recyclage. Impossible de trouver la pièce de rechange. Les réparateurs n'arrivent même pas à avoir la moindre pièce pour ce type d'appareil. Ce magasin vend pourtant des produits de cette marque mais pas de ce type. Voilà déjà un problème que je trouve plutôt grave, l'impossibilité d'avoir facilement les pièces de rechanges. On ne change pas d'article dès la fin de garantie du produit. Il faut gérer déjà en amont les pièces de rechange et pénaliser sévèrement les entreprises qui ne mettent pas à disposition pendant 10 ans ces dernières et faire appliquer la loi.
    Clo Berl
    Ne pas hésiter à lutter. On m'a offert une radio que je remontais à la manivelle. Evidemment proclamées écolo. La manivelle s'est cassée, la société m'a dit qu'on ne pouvait la remplacer. j'ai fait une telle pression, en les coinçant n otammnet sur le mot "durable" et "écolo" que j'ai obtenu une manivelle de rechange (donc elle existe!). Mais toute cette énergie dépensée pour ça...
  • Bonifier la réparabilité

    Magali Demercastel - 31 Octobre 2017 - 07h46
    Ajuster la TVA ou autre taxe selon le degré de réparabilité d’un produit. Ainsi en baissant la taxe gouvernementale sur les produits réparables le gouvernement favorise leur développement, leur production et le réseau de réparateurs.
    Le produit peut rester au même prix pour le consommateur, mais il sait qu’avec son achat il dégage une marge bénéficiaire plus importante pour l’entreprise qui peut investir sur :
    l’inovation / la recherche / la durabilité des matériaux / le réseau de service après-vente et réparation.
    Sylvain Rio
    Je compléterais cette proposition par une bonification sur l'achat de pièces détachées et sur la réparation. Cela pourrait être une première étape plus simple à mettre en place. On peut agir sur la TVA, sur le crédit d'impôt, ... La différence de prix entre un appareil neuf et sa réparation n'est pas assez importante aujourd'hui pour nous inciter à entretenir et réparer ses appareils. La fiscalité, couplée à une campagne de communication, pourrait encourager et dynamiser les comportements éco-responsables.
  • Soutenir les tiers lieux (DIY...)

    David Corre - 31 Octobre 2017 - 10h06
    Dans les métropoles de nombreux espaces de working, fablab, associations de réparation de vélo, ressourcerie existent.

    Souvent leur modèle économique est fragile (bénévoles + 1 ou 2 emplois aidés + 1 service civique).

    Consolider ces lieux comme des modèles d'économie circulaire. Les cartographier.

    Ils permettent aux citoyens de s'emparer de la réparation de leur matériel par la convivialité, le plaisir, à un cout modéré et compétitif par rapport à l'achat d'un objet "neuf".
    De Valenton
    tellement de normes sur les matériels d'occasion et la responsabilité du réparateur ont plombé les bonnes volontés; Il est important que dans la réflexion sur la "simplification administrative", nos législateurs s'emparent de la question.
  • Le coût

    Alf - 31 Octobre 2017 - 11h00
    Moins cher de racheter que de réparer !
    Plus de pièces de rechange ...

    Fiscalité à retravailler pour les activités de réparation
    Imposer les pièces de rechange
    Faire controler l'obsolescence par des organismes indépendants et faire condamner les obsolescences programmées. C'est très facile, c'est des statistiques
    JOEL COURET
    Cela est parfois vrai, mais est loin d'être systématique. Un bon professionnel, dès lors que c'est un indépendant qui vit de son travail de réparateur, a tout intérêt à trouver une solution économiquement viable. Alors, ce qui est vrai pour un grille-pain n'est pas à transposer sur un téléviseur ou un lave-vaisselle. Quant à l'obsolescence programmée, que de contre-vérités ne dit-on pas en son nom ? Ce sont les vendeurs de la Grande Distribution qui en parlent le "mieux"... dans leur intérêt. Et bien sûr sans jamais utiliser la mauvaise foi !
  • Avoir un lieu de réparation à proximité

    Aurélie - 31 Octobre 2017 - 13h45
    Je suis favorable à réparer les objets cassés, plutôt qu'à en racheter des neufs.
    Seulement, il faut que l'appareil en question le permette.

    Je vois aussi le besoin d'avoir un réseau de réparateurs clairement identifiés, pourquoi pas avec un label Etat ? Pourquoi pas adosser aux ressourceries ou aux déchetteries ?

    Et aussi réfléchir à la question du transport de l'objet : il y a plus de logistique à mettre en œuvre pour un lave-vaisselle que pour un grille-pain... Peut-on faire venir le réparateur à domicile ou mettre en place un système de ramassage pour les personnes n'ayant pas de voiture ou ayant des problèmes pour se déplacer ?
    De Valenton
    Les réparateurs ont fermé boutique...on ne répare plus un matériel électronique alors que les TV cathodiques par exemple, étaient réparables. Il faut que le service existe...
  • obsolèscence

    djindji - 31 Octobre 2017 - 20h35
    il est parfaitement inadmissible de ne plus pouvoir faire réparer un certains nombres d'objets : téléphones (portables ou non), machines à laver diverses, cuisinières etc, etc. Mais non, il faut jeter et racheter, soit dit en passant cela fait marcher le commerce......
    Inadmissible ces dates de "péremption" programmée pour ces appareils !
    Le prix de réparation plus cher qu'un appareil neuf (volontairement je pense)
    JOEL COURET
    Un téléphone portable, ça se répare. L'électroménager aussi. Si on s'adresse à la grande distribution, ce n'est pas la même chose que si on s'adresse à un artisan réparateur de proximité. C'est comme dans toutes les métiers, il y a des "professionnels" à éviter et d'autres qui font bien leur travail, dans les règles de l'art, avec des tarifs corrects. 100% des appareils ne sont pas réparables, OK. Mais combien de téléviseurs, de produits électroménager arrivent en déchèterie alors que, confiés à un professionnel indépendant, ils rendraient toujours les services pour lesquels ils avaient été acquis. Plus de 70% des appareils confiés à un bon professionnel sortent réparés. Cela ne se sait pas suffisamment !
    Sonia Simon
    il faudrait aider les inventeurs d'appareils sans obsolescnce programmée. ex. Machine à laver durable
    Sonia Simon
    Voir Machine à laver "l'increvable". Conçue pour être réparée et évoluer au fil du temps
  • Le prix à payer

    Martino25550 - 01 Novembre 2017 - 06h52
    Qu’est-ce qui vous inciterait à faire réparer vos objets détériorés plutôt que de les jeter?
    Le prix de l'objet par rapport au coût de la réparation. Je pense que beaucoup de consommateurs résonnent comme cela et ils font confiance aux diagnostic du professionnel. Bien souvent, ce sont les professionnels qui incitent à ne pas réparer ( c'est du vécu)
    Après, Si j'ai une conscience écologique, éco citoyenne alors, j'agirai peut-être autrement et je me tournerai vers les réseaux spécialisés de la seconde vie avec aucun gage de réussite surtout quand les produits sont au bout.
  • Légiférer

    Cécile Izquierdo - 01 Novembre 2017 - 18h02
    Interdire l'obsolescence programmée

    Forcer les fabricants à produire les pièces de rechange pendant une durée minimale la plus longue possible.

    Gratuité des devis chez le fabriquant ou le vendeur d'un objet

    Légiférer sur les coûts de réparation en les réduisant à un pourcentage acceptable du prix d'achat de l'objet.

    Vêtements : réparation par le fabricant ou vendeur à coût réduit ou gratuit pendant un an et gratuité des réparations ou échange si le produit est défectueux, par exemple coutures qui se défont au bout d'un mois ou pull qui bouloche après deux lavages. Il n'est pas normal que les enseignes vendent des produits de mauvaise qualité qui obligent le consommateur à racheter ou à faire réparer à un coût souvent plus élevé que le prix d'achat. Quitte à répercuter cela sur le prix d'achat, afin d'encourager l'achat d'un plus petit nombre de produits de qualité et durables plutôt que d'un grand nombre de produits pas chers et éphémères car de piètre qualité.
    Martino25550
    Apparemment, La loi existe votée en 2015. Le soucis , c'est comment la faire appliquer.
Back to top