Mieux consommer

Qu’est-ce qui vous inciterait à acheter des objets d’occasion ou à revendre des objets dont vous ne vous servez plus ?

L'allongement de la durée d’usage des produits par la réutilisation contribue à réduire l’utilisation des ressources et les déchets.

Ajouter ma contribution
  • Valoriser le seconde-main

    Somethingnatural - 06 Décembre 2017 - 16h41
    Le valoriser par justement le fait que ca soit plus écologique et essayer de le rendre plus attrayant ou "a la mode", peut etre en proposant des ateliers de remodelage du tissu afin d'en faire une piece unique que la personne fait elle meme et rapporte chez soi.
  • Une reprise simplifiée

    EcoGuide - 06 Décembre 2017 - 14h15
    La garantie d’un retour et d’un remboursement doit être possible si l’objet n’est pas conforme à la description qui en était donnée. Acquérir un objet d’occasion implique l’accès aux informations du vendeur et du produit. En plus d’indiquer son état et sa performance, il serait intéressant de connaître la raison pour laquelle le revendeur souhaite s’en séparer. Pour revendre plus facilement un produit, le constructeur indiquerait sur l’étiquette, un lien vers des entreprises de service de rachat et reconditionnement. Cela permettrait de mieux orienter les consommateurs et de développer un service lié à la marque, qui améliorerait le suivi de cycle de vie du produit.
    Le retour au constructeur simplifie les circuits de réutilisation, donne aux marques la possibilité de mieux suivre leurs produits et de développer de nouveaux emplois. Pour le consommateur, c’est un gain de temps. Cela pourrait s’opérer en réel avec un déplacement en magasin, ou en ligne via des plateformes.
  • Favoriser les ressourceries

    PNRLAT - 05 Décembre 2017 - 17h18
    et autres recycleries sur les territoires pour faciliter cet acte de dépôt ou achat de produits de seconde main.

    Un label national existe : le valoriser avec des exigences de valeur sociale et écologique.
  • Reprise par les magasins

    LN Pelissier - 05 Décembre 2017 - 16h51
    Créer ou encourager les magasins à reprendre pour revendre en reconditionné neuf ou bon état des articles achetés (depassement du délai de remboursement automatique) mais qui n'ont pas ou peu servi ou des restes non utilisés. Par exemple, vêtements, chaussures, objets divers, mobilier, décoration etc...
    On pourrait imaginer par exemple les enseignes de bricolage qui "reprennent" ou rachètent pour revendre eux-memes en seconde main des produits de leur enseigne qui finalement non pas ou peu servi, achetés par erreur ou des restes de chantier pour ceux qui ont calculé trop large (comme lot de parquet non ouvert, sac ciment, cartons de carrelage, raccords plomberie etc...)
  • Aucun intérêt

    Nasta - 05 Décembre 2017 - 16h05
    Les objets doivent servir !
    il n'y a aucun intérêt à stocker et à garder "au cas où".
    Il n'y aucun intérêt à acheter neuf des objets dont le temps d'usage est très court et qui sont peu manipulés : : outillage, décorations de noel, vêtements de bébé
    S'ils ne servent plus, ils doivent servir à d'autres. et sont donnés ou revendus pour être utiles à quelqu'un d'autre
  • Adapter la réglementation pour une plus grande transparence sur l’état des produits réutilisables

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h51
    Adapter la réglementation pour une plus grande transparence sur l’état des produits réutilisables et le type de réparation faite avant une remise sur le marché et adaptation des durées de garanties à l’identique du produit neuf.
  • Inciter le développement d’un outil numérique centralisant les lieux de dépots

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h51
    Inciter le développement d’un outil internet avec moteur de recherche permettant par type de produit et par département (ou plus localement) les lieux possibles de dépôt des objets réutilisables. Cet outil permettrait aussi de connaitre les zones défavorisées en termes de lieu de dépôt afin de trouver une incitation fiscale pour une implantation. Cette cartographie des lieux de dépôts pourrait être ensuite intégrer dans les plans régionaux déchets et économie circulaire.
  • Réduction fiscale pour le consommateur/utilisateur responsable

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h50
    Réduction fiscale pour le consommateur/utilisateur responsable sous la forme d’un crédit d’impôt.
    Paul-Louis Raymond
    Je propose que les ressourceries enregistrent pour chaque dépôt les coordonnées du donneur, et envoie à ce dernier en fin d'année un quitus mentionnant le montant généré par les ventes des objets. Un prorata de ce montant donnerait lieu à un crédit d'impôt. Idem pour les vendeurs particuliers en vide-grenier et vente au déballage entre particuliers : le vendeur remettrait à l'acheteur un reçu, signé par les deux parties, en garderait une souche qu'il ferait valider par l'organisateur du vide-grenier. Idem, crédit d'impôt sur le cumul en fin d'année (plafonné pour éviter les professionnels déguisés). Ces bons permettraient de contrôler le respect de la loi sur les participations de particuliers aux vide greniers
  • grande surface et vérification

    jeanroger - 04 Décembre 2017 - 22h28
    avoir des "grandes surface" d'objets reconditionnés et d'occasion, mais qui ont été vérifiés
  • Afficher la durée de vie à l'ensemble des produits

    ADEME - 04 Décembre 2017 - 22h08
    Un affichage simple et harmonisé de la réparabilité sur le produit est nécessaire. L'indice de réparabilité est à calculer sur la base de 10 critères oui/non donnant une note sur 10. exemples de critères : batterie démontable, fourniture des plans du matériel, démontable avec des outils standards, ...
    Cmoa
    Plus qu'une nouvelle réglementation, il faut que cela devienne un argument commercial tel que l'exemple de Seb.

J'ajoute ma contribution

La concertation est désormais clôturée. Il n'est plus possible de contribuer.

Back to top