Ajouter ma contribution
  • L’analyse de cycle de vie doit permettre d’objectiver les décisions visant à augmenter le recyclage des plastiques.

    ELIPSO - les entreprises de l'emballage plastique et souple - 06 Décembre 2017 - 15h53
    L’analyse de cycle de vie (ACV) est une méthode normée (ISO 14040-14044) qui permet d’évaluer les impacts d’un « objet » sur l’environnement.
    Des ACV doivent donc être réalisées sur les couples « emballages-produits » et non pas uniquement sur les emballages, car les emballages n’ont pas de fonctionnalités en tant que telles, mais ont des fonctionnalités vis-à-vis des produits qu’ils protègent, transportent, etc. Les emballages permettent ainsi de limiter les taux de pertes, de casse, de gaspillage des produits contenus par exemple. Les publications du CNE illustrent les fonctionnalités apportées par les emballages.
    Par ailleurs dans les cas où les ACV ont mis en évidence, qu’à fonctionnalités équivalentes, le fait d’utiliser des emballages légers bien que non recyclables (comme le sont les recharges par exemple) présentait un bénéfice environnemental par rapport à l’utilisation d’emballages « traditionnels » recyclables mais plus lourds , alors il est nécessaire d’avoir une décision
    sweetpea
    Les ACV sont une aide à la décision mais ne suffisent pas pour identifier la meilleure façon d'emballer un produit. Il faut avoir une vision plus globale.
    sweetpea
    Est-ce qu'il est normal qu'on puisse mettre sur le marché des produits/objets/emballages qui ne sont aucunement recyclables? Ne doit-on pas être responsable des impacts de ce qu'on met sur le marché, y compris la fin de vie?
  • Connaître la composition produit de A à Z

    EcoGuide - 06 Décembre 2017 - 14h12
    L’information quant aux composants est essentielle et connaître la manière dont le produit doit être recyclé. Un étiquetage clair et des consignes de recyclage adaptées au produit peuvent répondre à cet enjeu. Déclarer un produit recyclable ne garantit pas qu’il ne terminera pas au fond d’un tiroir ou dans le mauvais bac à ordures. Un guide de recyclage orienterait le client. La maintenance des composants doit permettre au consommateur de savoir quels gestes adopter et éviter. En prenant en compte que ce dernier n’a pas le temps d’assurer la maintenance, il serait intéressant d’indiquer sur le produit les lieux où il pourra être réparé, où les pièces détachées sont vendues, et développer un service réparation en ligne afin d’aider le client à conserver son produit en état de fonctionnement optimum le plus longtemps possible.
    Des notices d’emploi plus imagées et simples accompagnées d’une aide adaptée via un service digital, permettraient au consommateur d’accéder à l’information.
  • Garantir l’évolutivité des produits par démontage et adaptation facile

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h55
    Garantir l’évolutivité des produits par démontage et adaptation facile (éco conception et obligation de facilitation du démontage par les concepteurs/producteurs notamment pour les équipements électroniques et informatiques.
  • Transparence sur les possibilités de recyclabilité

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h54
    Transparence sur les possibilités de recyclabilité des produits avec un affichage clair dans les grandes et moyennes surfaces (GMS) de ses possibilités et intégration d’un durée de garantie identique au même produit neuf.
  • Inciter via une fiscalité réduite

    ESAIP - 05 Décembre 2017 - 08h54
    Inciter via une fiscalité réduite (ou à l’inverse augmenter significativement la fiscalité sur les produits non recyclables ou à durée de vie courte (obsolescence programmée).
  • Affichage de la durée de vie et de la réparabilité

    ADEME - 04 Décembre 2017 - 22h12
    Le calcul de la durée de vie doit être uniforme et normalisé.
    Il faut identifier que le produit a une durée de vie plus longue ; pour ce faire, l'affichage de la durée de vie et de la réparabilité sur le produit est nécessaire. L'indice de réparabilité est à calculer sur la base de 10 critères oui/non donnant une note sur 10. Exemples de critères : batterie démontable, fourniture des plans du matériel, démontable avec des outils standards, ...
  • Qualité et adaptabilité

    Aline - 04 Décembre 2017 - 17h26
    Que le produit soit de bonne qualité et qu'il puisse s'adapter aux besoins, tendances, etc.
    Nicolas Gatti
    Il y a une façon très simple pour ce faire : légiférer sur une garantie minimale des produits par le producteur. Par exemple : garantie de 10 ans minimum sur les lave-vaisselles. La qualité augmentera mécaniquement, poussée par l'intérêt de l'industriel.
  • Voir location de bien /services

    Anaïs Galligani - 23 Novembre 2017 - 12h50
    Si le gouvernement rend obligatoire la location de bien/services.
    Acheter n’aurait plus de sens...

    Au vue de la réduction des ressources des minerais et autres, il semble difficile que tout le monde puisse s’équiper
    Car même si l’objet est recyclable, c’est toujours une consommation de matières premières et un coût énergétique.

    Pourquoi ne pas penser à une quantité maximale de types d’objet par famille?
    L’état ne devrait il pas réguler la consommation? Afin d’oeuvrer Pour le bien de tous les citoyens.
    beqbri
    Liberté, liberté chérie. M^me dans le minimaliste, je veux avoir ma liberté de décision
    No
    La régulation de la consommation, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Cependant, l'Etat, avec les associations, les industries, les citoyens, peuvent INCITER à la régulation de la consommation. Ainsi, on rentrera dans un cercle vertueux, ce qui ne me semble pas possible si c'est régulé via un dispositif de type "quantité maximale de types d'objet par famille".
  • la qualité et utilité du produit

    Muse Erato - 21 Novembre 2017 - 11h58
    Si on sait qu'un produit est de bonne qualité, qu'il va durer dans le temps et qu'il répond à un réel besoin, nous avons tout intérêt à le préférer à un produit bon marché qui va vite se détériorer. Peut être inclure sur le produit sa durée de vie moyenne en plus de sa possibilité ou non de recyclage. Idée de label unique et simplifié reprenant pour chaque produit les principaux critères (impact environnemental et social) de sa conception, production à sa fin de vie. Ce qui permet d'avoir une réelle visibilité du coût réel du produit pour la société.
    MichelR
    un label unique et simple me semble une bonne chose
  • Garantir l'évolutivité des produits technologiques

    Julie O. - 20 Novembre 2017 - 23h38
    Dans le cas des produits de télécommunication, ceux-ci sont souvent obsolète avant d'être non-fonctionnel car :
    - ils ne sont pas évolutifs: standardisation de l'électronique et pièce standard
    - ils sont associés à des logiciels qui gonflent à vu d'oeil et qui les font ramer: pratiquer l'écoconception logiciel, permettre le fonctionnement avec des anciens systèmes d'exploitation.

J'ajoute ma contribution

La concertation est désormais clôturée. Il n'est plus possible de contribuer.

Back to top