4 - Mobiliser tous les acteurs

Renforcer la gouvernance nationale et le pilotage

  • Renforcer la gouvernance nationale et le pilotage

    Renforcer la gouvernance nationale et le pilotage, en faisant évoluer le Conseil national des déchets en un Conseil national de l’économie circulaire.
    BIODIVERSITE
    Renforcer également la gouvernance régionale et départementale
    delap
    Renforcer le rôle d'un tel conseil consultatif, passer de la théorie à la pratique, participer aux travaux parlementaires, renforcer les liens avec les collectivités.
    PARIOU
    Il conviendrait dans un premier temps que l'Etat donne l'exemple. La CRE (Commission de Régulation de l'Energie) a autorisé ENEDIS a remplacer 39 millions de compteurs électriques qui ont une durée de vie de 50 ans par des compteurs LINKY qui ont une durée de vie maximum de 20 ans mais sans doute de 10 ans d'après l'expérience canadienne
    Malka
    Tout à fait d'accord, les LINKY sont le parfait exemple de ce qu'il ne faut pas faire d'un point de vue écologique, sanitaire et juridique !
    test
    encore une haute autorité .....
    dommarie
    Un conseil national ressources plus qu'un conseil national économie circulaire
    Charleyne Terry
    Parvenir à mettre en place un système de pilotage de la mesure de la circularité à toutes les échelles (nationale, territoires, entreprises, produits). Des indicateurs de circularité standardisés et customisés, qu'ils soient, locaux et globaux, inclusifs des parties prenantes et des impacts environnementaux et sociétaux. SURTOUT que le système d'indicateurs puissent contrôler et prévenir les possibles effets rebond des solutions, particulièrement les effets du Backfire dans le domaine du recyclage et de l'économie de la fonctionnalité. Un consensus doit être trouver entre les acteurs publics et privés.
    Anthony Henry
    Mettre en place de l'éco-exemplarité au sein du gouvernement, des ministères, de l'assemblée nationale et du sénat. Il faut favoriser les achats de matière durable, de seconde main et réduire les déchets au même titre que sur le reste du territoire français. C'est en montrant l'exemple que tous les français se sentiront concernés par la thématique
    Confrontations Europe
    Le pilotage au niveau national de la transformation vers la circularité doit être effectué sur la base d’une analyse des risques et des opportunités non d’une démarche politique centralisée descendante.
    Confrontations Europe
    Une telle approche de la transition vers la circularité impose une gouvernance inclusive, associant la totalité des acteurs et parties prenantes et encourageant les expérimentations à tous les niveaux.
    UIC Union des Industries Chimiques
    Le futur CNEC doit avoir un vrai rôle de gouvernance : implication des parties prenantes – définition des priorités nationales – déclinaison de ces priorités en actions effectives, telles que l’élaboration de guides ou d’outils réglementaires – consultation systématique du CNEC pour tout projet relatif à l’économie circulaire.
    AFNUM
    L’économie circulaire ne doit pas partir de la problématique déchets, mais les déchets doivent être un volet de l’économie circulaire : ne pas élargir une enceinte déchets à la problématique de l’économie circulaire mais partir d’une nouvelle base en créant CNEC et en y adossant ensuite le CND.
    AFNUM
    Un conseil dédié à l’économie circulaire devra impérativement mettre le terme Economie, au centre de sa démarche et devra être placé sous la responsabilité des deux Ministères « Economie » et « Environnement », en laissant une place centrale aux entreprises. Enfin, le nouveau CNEC devra impérativement aborder les enjeux de l’économie circulaire de manière sectorielle et en tenant compte des spécificités B2C et B2B.
    aria_nef
    S'il s'agit de renforcer la gouvernance nationale pour donner une orientation, pourquoi pas. Mais que cette gouvernance n'agissent pas en "top-down" avec des solutions standardisées : ce serait mieux de garder le principe de subsidiarité en tête et que le conseil national favorise l'échange de bonnes pratiques.
    Olivier N
    Et comment traitez-vous la question des biens importés ? Si les règles ne s'appliquent qu'aux entreprises nationales au nom du libre-échange, tout ceci est une blague qui pénalise les entreprises françaises et confère des avantages aux entreprises (chinoises par exemple) qui ne sont pas soumises aux mêmes contraintes.
Back to top