4 - Mobiliser tous les acteurs

Généraliser et pérenniser l’action territoriale autour de l’économie circulaire

  • Faire évoluer les premiers plans régionaux déchets

    Faire évoluer les premiers plans régionaux "déchets" arrivés à échéance pour mettre en avant l'économie circulaire, confier aux conseils régionaux un rôle de pilotage de l'animation des territoires, mettre en place avec toutes les régions des "observatoires de l'économie circulaire" d'ici la fin du quinquennat afin d'assurer la collecte des données pertinentes permettant le développement de l'économie circulaire au sein des territoires.
    delap
    Mettre en place des objectifs ambitieux obligatoires.
    delap
    Mettre en place des objectifs ambitieux obligatoires.
    dommarie
    Certaines régions ont déjà engagées des réflexions qui dépassent la seule question des déchets. Le méthodologie pourrait consister à déployer une stratégie régionale ressource / économie circulaire comprenant 1/ une Analyse de Flux de Matières (AFM) à l'échelle régionale, elle même déclinée par territoires (territorialisation); 2/ des études de flux de matière par secteurs d'activités, déclinées ensuite dans les entreprises. Ces deux actions complémentaires constituant l'armature d'un plan d'actions régional animé par la région, l'ADEME, les services de l'Etat dans le cadre d'un partenariat étroit.
    Ananas
    La stratégie régionale d'action en faveur de l'économie circulaire est prévue par la loi. Actuellement, l'ensemble des régions sont en train de travailler sur leur PRAEC: Plan Régional d'Action en faveur de l'Economie Circulaire. Attention à ne pas faire cela comme une innovation de la feuille de route alors qu'il s'agit d'une mesure réglementaire déjà existante.
    Anthony Henry
    Prévoir un financement pour ces régions afin de permettre la création d'un poste. Celui-ci aura pour rôle de suivre les collectivités et développer les initiatives sur la thématique de l'économie circulaire.
    JH
    Tous ces axes manquent de pratiques concrètes. Pour que ça marche, il faut éliminer les contraintes et faciliter les choses aux citoyens. Toutes les communes devraient pouvoir collecter régulièrement les produits triés (l’éloignement des conteneurs de tri sélectif et des déchetteries est un frein à la récupération). Ce qui me semble aussi crucial, avant de faire des déchets, c’est de donner une deuxième vie (ou plus) à ce qui ne nous sert plus. Une commune en France (je ne sais plus laquelle) a mis en place un site pour déposer tout ce qui ne nous sert pas et chacun peut venir chercher si quelque chose peut lui être utile, tout ceci gratuitement pour tous, ça c’est formidable.
    Nora Berrehail
    Les collectivités locales une mauvaise gestion des déchets qu'il soit végétal ou polluants il faut que les conscience collective sur la veille
    Hélène DANEL
    En redevance incitative, les ordures ménagères résiduelles diminuent fortement. L'idée est aussi de mener une campagne d'évitement par exemple des emballages inutiles notamment ce qui a pour effet de ne pas augmenter significativement les matières à recycler. Ne pas demander lorsque l'on est en redevance incitative une augmentation trop importante du tonnage des déchets à recycler
    Olivier N
    On a assez d'observatoires...
  • Introduire une dimension économie circulaire dans les contrats de transition territoriaux

    Introduire une dimension économie circulaire dans les contrats de transition territoriaux.
    delap
    L'économie circulaire doit faire partie intégrante de ces contrats, source d'opportunités pour mener a bien ces contrats.
    dommarie
    Oui pour un seul plan transition territorial qui embrasse et croise l'ensemble des démarches de DD, énergie, déchets, économie circulaire, biodiversité...
    GRDF
    Assurer la cohérence entre les différents exercices de planification (déchets, SRADDET, SRDEII) afin d’assurer une bonne articulation des gisements de déchets/ infrastructure de valorisation / et des usages, en modèles circulaires à des fin d’optimisation économique et des gains environnementaux. Appliqué au gaz renouvelable : articulation des gisements de déchets organiques / installations de méthanisation / réseaux gaz/ usages en chauffage, mobilité…
    aria_nef
    Oui, c'est important
  • Lancer un « tour de France » de colloques régionaux pour le tissu entrepreneurial local

    Lancer un « tour de France » de colloques régionaux pour le tissu entrepreneurial local associant, sous l’égide du préfet de région, les directions régionales des entreprises, de la concurrence, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), les directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL), les directions régionales de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) et les directions régionales de l'ADEME, en lien avec les acteurs consulaires et les Conseils régionaux.
    dommarie
    Attention à associer très en amont les régions et l'ADEME qui mobilisent aujourd'hui nombre d'acteurs socio-économiques dans le cadre de l'élaboration des PRPGD et ou des stratégies et plans d'actions économie circulaire
    Anthony Henry
    Bonne idée, en relation également avec la CCI et la CMA
    BZH49
    à destination aussi des créateurs pour qu'ils intègrent directement ces enjeux au démarrage. (à l'image des scolaires)
    Sibylle MACRON
    Encore des réunions qui vont coûter de l'argent, ce genre de grand raout ne sert à rien. Il faut taper au portefeuille et là, les entrepreneurs agiront.
    yomchaid
    Ne pas oublier les acteurs du financement citoyen de l'économie locale.
  • Mettre en place une charte de l’animation locale de l’économie circulaire

    Mettre en place, avec les conseils régionaux comme pilotes sur leurs territoires, une charte de l’animation locale de l’économie circulaire, permettant d’identifier, pour chaque territoire, un acteur local en charge de l’animation de l’économie circulaire sur ce territoire et mettre en avant le rôle des collectivités pour la prévention des déchets qu’elles ont d’ores et déjà en passant d’un « service public de gestion des déchets » à un « service public de prévention et de gestion des déchets ».
    DamienG
    Oui à plus d'animation, mais il sera difficile de faire l'économie du dialogue avec une multiplicité d'interlocuteurs. Désigner et maintenir un (seul) chef de file consomme beaucoup d'énergie (politique).
    Equipe 0.déchet Sicoval
    Passer d’un « service public de gestion des déchets » à un « service public de prévention et de gestion des déchets » : c'est une volonté politique affichée mais dans les faits l'organisation historique du service ne facilite pas cette transition. La prévention prône la réduction des déchets, mais à l'autre bout, le financement de la collecte, du traitement et même les soutiens des éco-organismes dépendent des tonnages collectés. L'ADEME a lancé un atelier regroupant des collectivités, consultants, grands groupes de la gestion des déchets... pour accompagner ce changement de paradigme à travers le prisme de l'économie de la fonctionnalité et de la coopération.
    FIDAREC
    Il faut y associer aussi la clarté des enjeux (niveau individuel, communauté/organisation, région..) et des bases « crédibles » d’illustration de la pertinence des solutions apportées. La notion de ressources partagées peut, par exemple, prendre tout son sens. Favoriser l’émergence de pilotes autour de la notion des communs telle que redéfinie par E Ostrom. Faire aussi émerger les différents schémas de gouvernance associés et les nouvelles règles associées. Construire des scénarios et évaluer leur résilience ( analyse des risques/opportunités… et solutions associées)
    Drichin
    Là aussi, le tissu associatif de l'éducation à l'environnement a tout son rôle à jouer... pour peu qu'on lui en donne les moyens (au lieu de supprimer les emplois aidés)...
    Hélène DANEL
    Dans cette rubrique, comme dans beaucoup d'autres, il y a un problème de vocabulaire qui induit une certaine vision des choses à savoir, on parle beaucoup de déchets et pas assez de ressources à valoriser. Et si on changeait de façon de voir les choses. Cela soulèverait peut-être plus d'enthousiasme. Il y a peut-être à tous les niveaux de la pédagogie à faire pour montrer que nous avons des ressources et que nous faisions comme la nature qui elle ne produit pas de déchets.
    Hélène DANEL
    et prendre modèle sur la nature...
Back to top