3 - Mieux consommer

Améliorer l'information du consommateur pour qu’il puisse avoir les éléments pour acheter de manière éclairée

  • Améliorer l’information du consommateur pour qu’il puisse avoir les éléments pour acheter de manière éclairée

    Améliorer l’information du consommateur pour qu’il puisse avoir les éléments pour acheter de manière éclairée. En particulier, une application numérique facile d’accès (flash code sur l’étiquette des produits) sera mise à disposition des consommateurs et pourra servir de forum aux utilisateurs. Cette application consolidera et simplifiera toutes les informations complémentaires qui existent sur les produits : elle permettra de comparer les labels, d’expliciter les principaux impacts environnementaux de l’affichage environnemental, d’apporter des informations sur la traçabilité, des éléments expliquant les déclarations environnementales et leur fiabilité, des informations sur la durée de vie, sur l’éco-conception, des conseils de maintenance et améliorer l’information, déjà obligatoire, sur la disponibilité de pièces détachées.
    DamienG
    Il faut aussi améliorer l'information des consommateurs qui n'ont pas de smartphone. Et de tous ceux qui ne prendront pas le temps de "flasher" tous les produits, ou de lire la masse d'informations accessibles par cette application. Cette application risque de n'intéresser que les personnes déjà intéressées. Pourquoi pas une simple note environnementale attribuée au produit ?
    Supercop
    Pourquoi pas, mais combien le feront ? Quelle perte de temps pendant les courses ! Les personnes vraiment impliquées ne se tournent pas vers les produits " transformés" mais vers le frais et le "simple" de toute façon
    margauxdegat
    Et l'application Yuka apporte déjà une partie de la solution (pour les personnes ayant un smartphone...) Par contre, pourquoi ne pas intégrer une partie nutrition et bien être du corps auprès des programmes scolaires?
    gdubois
    Obligation d'inscrire la provenance des viandes dans les plats préparés.
    cedricb
    idée très intéressante, mais dont l'application doit être rapide et simple : la note environnementale proposée au dessus, ou un code couleur, à l'instar de celui proposé pour la composition (A à D)
    Hélène RICHIN
    Pour acheter de manière éclairée, le consommateur aimerait déjà simplement connaître la liste des ingrédients présents dans tout produit acheté, et pas seulement alimentaire ou cosmétique. Un exemple, en matière d'hygiène féminine, on ne sait même pas ce qu'on achète...
    Floriane75
    Acheter de manière éclairée grâce à davantage de visibilité sur la réparabilité des produits. Est-ce que acheter de l'électroménager pas cher signifie acheter un produit non réparable ? Comment mettre en place plus de transparence pour que les citoyens consomment moins ? Les extensions de garantie ne constituent plus une solution unique...
    delap
    Le flash code ne doit pas remplacer les autres modes d'information, seulement le compléter, satisfaire à une certaine tranche de la population. Les informations que le consommateur doit avoir: origine et lieu de production/transformation du produit, issue de l'agriculture biologique, commerce équitable ou économie sociale et solidaire.
    BIODIVERSITE
    Renforcer drastiquement les contrôles sur l’information donnée au consommateur afin de légitimer celle ci par sa véracité
    BIODIVERSITE
    Améliorer l'information du consommateur pour qu’il puisse avoir les éléments pour acheter de manière éclairée, à la fois sur le produit et sur l'entreprise
    karmax
    Impossible pour le néophyte de s'y retrouver. Si le produit n'a pas un éco-bilan suffisamment bon, il ne doit pas être vendu, et fournir une incitation économique pour départager les bons des acceptables
    Kate Jarrard
    personne n'utilise les flash codes. non aux technologies mobiles en faisant nos courses
    Marie101
    Bonne idée, mais il ne faut pas que cela soit trop compliqué pour le consommateur
    Coop de France
    En termes d’étiquetage, que ce soit sur l’origine, la composition des produits, ou encore l’information nutritionnelle ou l’affichage environnemental, il nous semble essentiel que les débats aient lieu au niveau européen afin d’avoir des règles harmonisées. Cela permettra une plus grande clarté pour les consommateurs et évitera des distorsions de concurrence entre acteurs européens.
    aglaee
    Seuls les détenteurs de smart phones auraient accès aux informations ? Pour les produits non-alimentaires, il devrait y avoir un code de couleur et des lettres obligatoire appréciant : - le taux de "réparabilité" du produit - le taux de recyclage en fin de vie. Comme pour les indications actuelles de consommation énergétique du gros électroménager. Et ce pour tous les produits électriques et électroniques (petits et gros). Non au sèche-cheveux qui doit être jeté car tous les composants sont soudés (impossible même d'ouvrir la coque plastique).
    cat88
    Inciter le fabricant à être transparent sur le contenu d'un produit plutôt qu'à dire "sans..., sans..."
    Malka
    Bannir les emballages plastiques mauvais pour la santé, emballages bourrés de nanoparticules. Les alternatives made in France existent et ne demandent qu'à être développées comme Algopack. Les consommateurs ne sont pas informés des risques pris par l'utilisation de tous ces plastiques sur leur santé, il faut que cela change au plus vite. Il faut développer les alternatives respectueuses de la santé et de l'environnement.
    Corinne MERCADIE
    L'affichage environnemental doit se déployer de façon massive sur les produits du quotidien (et pas uniquement sur les "gros appareils"). Il est donc indispensable de disposer d'informations sur les produits alimentaires, disponibles à tous, qu'ils soient labellisés ou non. Le dispositif actuellement sur la base du volontariat devrait être encouragé par des incitations pour les entreprises qui se lancent sur le sujet.
    serotine
    le flash code c'est bien pour avoir des infos complètes et effectivement servir aux forum conso ou autres mais perso je n'ai pas encore "l'outil" pour le decrypter , un code minimaliste visuel simple serait indispensable
    test
    c'est le prix final qui compte
    flow
    Créer un instance du surveillence contre le green washing ! Par exemple : comment les soit-disant "éco-recharges" peuvent-elles être nommées ainsi alors que leur emballage ne se recycle pas, contrairement aux bidons de lessive qui sont recyclables !! L'Etat doit faire respecter le droit d'information du citoyen ! C'est de la publicité mensongère ! Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres allégations trompeuses !
    DelphineD
    C'est une idée intéressante, mais cela me semble compliqué à mettre en oeuvre pour des produits locaux, hors circuit de la grande distribution (direct producteur, marchés, laruchequiditoui...). Or les changements de consommation viennent aussi et surtout du changement des lieux d'achat !
    dommarie
    Il faut parallèlement développer le marketing territorial, le made in France, le made in 0 impact. Une multitude de produits (pas seulement dans l'alimentaire) sont fabriqués sur le territoire sans qu'ils soient connus du grand public. Il est indispensable de les faire connaitre pour accélérer le retour au local.
    Marine C
    L'application est un gouffre d'après moi c'est chronophage et exclusif pour les personnes n'utilisant pas de smartphone ou internet. Il faut améliorer les moyens déjà en plus (clarifié et qualitatif) et en développant de nouveau.
    Isabelle
    En matière d'information du consommateur, rendre obligatoire l'information sur le mode de préparation et les ingrédients utilisés pour les plats dans les restaurants, restaurants inter-entreprises. En gros, il s'agit de savoir ce qu'on mange, savoir si c'est de l'industriel, fait sur place avec des produits de base, etc...
    Isabelle
    L'utilisation d'un flashcode me semble compliquée, mieux vaudrait déjà une information de base, consolidée sur le produit directement ou sur l'étiquetage en magasin.
    ca59
    encore faut-il avoir une application sur son téléphone portable...le mien ne me sert qu'à téléphoner......! Par contre l'information par les medias touche presque tout le monde!
    Globule
    Un flash-code n'est pas suffisant. Des codes-couleur, des mentions sur l'origine des produits, le nb de km parcourus, etc, peuvent être utiles, parce que tout le monde pourra les voir, et même les consulter. Tout le monde n'a pas d'appareil pour lire les flash-code, ensuite quel % des consommateurs prendra la peine de consulter les informations pour chaque produit ? Il vaut mieux peu d'informations, mais qu'elles soient pertinentes et lisibles par tous, plutôt qu'il y en ait des masses mais que 5 % des gens les regardent (cela n'empêche pas d'avoir les 2, mais il faut des infos affichées).
    AGILLET
    Bonne idée mais il faut pouvoir comparer pour les produits identiques entre eux pour mieux appréhender les performances environnementales des produits
    AGILLET
    Bonne idée mais il faut pouvoir comparer pour les produits identiques entre eux pour mieux appréhender les performances environnementales des produits
    JulietteB
    Informer est primordial. Mais n'est-il pas possible de prendre des mesures pour, par exemple, limiter les plastiques non recyclables dans les produits de consommation. Ex: pots de yaourt
    Nassime
    Dans les faits une application n'aura que peu d'effets. L'information du consommateur doit être facilement visible directement sur l'emballage du produit.
    Rémy Joly
    inciter à la consommation de produits en vrac , à peser
    Rémy Joly
    un label unique et lisible
    Geoffroy
    Bien sur le papier mais une calamité à mettre en place. La diversité des produits et emballages mis sur le marché rendra l'outil soit très chronophage à alimenter, soit pas fiable.
    juliette14
    au delà des aspects environnementaux/écologiques, il me paraît impossible de ne pas informer également sur les impacts sociaux (conditions de travail, salaires, formations, etc) et économiques (transparence, partage des richesses, prix juste, modèle économique et juridique de l'entreprise, qui la possède, etc) liés au produit. Une convergence entre les mouvements ESS, Développement durable, commerce équitable, agriculture bio me semblent nécessaire car ce sont des approches complémentaires que l'économie circulaire ne peut pas ignorer et au contraire doit valoriser dans l'optique de rendre notre système économique plus durable justement.
    Geoffroy
    Déjà proposé dans l'item 4, ce sera ou bien très chronophage ou très peu fiable. Aucun intérêt selon moi.
    Laure Brimant Kauffmann
    créer un label inverse du label bio, qui serait payant pour ceux qui ne respectent pas les règles du bio. Mettre en place des codes sur la "qualité" écologique d'un produit prenant en compte la provenance, production, l'emballage... à afficher sur le produit.
    SylvainR
    Utiliser les nouvelles technologies pour s'informer est... consommateur de ressources et d'énergies. Plutôt sensibiliser les consommateurs en amont
    Daniel ROUX
    informer OUI Mais FORMER & Sensibiliser le CONSOMMATEUR
    zebulonix
    Et les consommateurs qui n'ont pas de téléphone permettant de lire les flash codes ? Cela exclut une fois de plus une catégorie de la population. Donc prévoir une autre forme d'information complémentaire, utilisable sans les téléphones (dont la fin de vie est source de pollution extrème soit dit en passant, et dont la fabrication pose de vrais problèmes sociaux , économiques et environnementaux. Pourquoi encourager l'utilisation de ces appareils ?).
    hfarru45
    l'application existe deja et s'appelle yuka, inutile de réinventer la poudre
    hfarru45
    c'est tout le modele production-distribution qui est a re concevoir pour casser cette logique de distribution en masse de produits de mauvaise qualité et revenir a un sourcing local et une distribution des produits locaux et saisonniers.
    Anthony Henry
    Super idée, cela permettra de limiter l'emprise sur le produit. Cependant, attention au coût que cela peut représenter pour les entreprises.
    baobab
    Oui pour plus d'informations sur tous les produits mais pas via une application numérique, d'accord avec Zebulonix, qu'on arrête l'incitation à l'utilisation de ce genre d'appareils.
    kaamelot
    Est ce que ce sera la même chose au niveau européen ?
    Julien P.
    Attention à ce que cette information, tout en étant utile, reste simple et compréhensible. Est-ce que le consommateur va réellement utiliser une plateforme internet pour se renseigner ? Il faut que sur le packaging, 1 ou plusieurs indicateurs permettent de faire un choix d'achat rapide : degré d'éco-conception, localité, cout global/complet, réparabilité/robustesse.
    Julien P.
    Attention à ce que cette information, tout en étant utile, reste simple et compréhensible. Est-ce que le consommateur va réellement utiliser une plateforme internet pour se renseigner ? Il faut que sur le packaging, 1 ou plusieurs indicateurs permettent de faire un choix d'achat rapide : degré d'éco-conception, localité, cout global/complet, réparabilité/robustesse.
    Laurent Colasse
    Les abus de langages du monde de la recherche et de l'industrie conduisent à cette pauvreté de vocabulaire qui fait que plus personne ne comprends personne sur les différentes appellations ! fragmentables biodegradables oxo degradables oxobiodegradables hydrofragmentables, etc... ET AUCUNE CERTIFICATION EUROPEENNE juste un label privé OK COMPOST HOME pour le compostage réellement (?) à domicile pour une matière biodégradable... Il est temps de faire le ménage et d'inventer de nouveaux mots, une norme impartiale unique comme notre communauté qui devait nous protéger !
    FIDAREC
    Ce point est évidement majeur mais un filtre en amont pour interdire certaines substances à la consommation est indispensable. C’est pour nous en lien direct avec l’économie circulaire car ces produits finissent dans les êtres vivants la chaîne alimentaire et les écosystèmes. Nous recommandons pour les consommateurs des informations doubles sur la fonction assurée ( efficience, sécurité…) et les différents impacts ( enviro, soc…)
    AFNUM
    Cette mesure sera intéressante à la condition expresse que la fiabilité des informations rendues accessibles est garantie, et un contrôle associé. La Commission européenne a récemment lancé une consultation publique pour divers produits ménagers (les réfrigérateurs, les lave-vaisselles, les machines à laver, les télévisions, les ordinateurs et les lampes) sur le type d'informations susceptibles d'intéresser les consommateurs. Cette consultation lancée le 13 février 2018 se clôturera le 7 mai prochain - il nous semblerait utile d'attendre les résultats de cette consultation pour voir où il conviendrait de concentrer nos efforts.
    aria_nef
    Ou proposer deux niveaux d'information, car même les plus motivés d'entre nous n'allons pas nécessairement passer notre temps sur une app pour lire toutes les caractéristiques de chacun des produits achetés: un niveau d'information basique, lisible et clair sur le produit, et un deuxième niveau, plus détaillé. Il me semble très important d'inclure les non-possédants de smartphones dans le deuxième niveau aussi. Il y a en magasin des machines liseuses de codes-barres pour indiquer le prix des produits aux clients: peut-être pourrait-on adapter ces machines pour donner la fiche détaillée du produit ?
    ROUX Bruno
    Surtout informer sur le rond sanitaire veterinaire qui permet de savoir ou est emballé un produit alimentaire qui contient de la viande ou du lait ou des oeufs enfin des derives animaux ......
    ROUX Bruno
    Surtout informer sur le rond sanitaire veterinaire qui permet de savoir ou est emballé un produit alimentaire qui contient de la viande ou du lait ou des oeufs enfin des derives animaux ......
    Lsanchez
    Je pense que le flash code est un bon outil pour mettre plus d'information, mais il faut pas qu'il se substitue à un étiquetage clair sur le paquet : Si on enlève une étiquette claire sur le paquet, cela veut juste dire que l'on laisse la pub prendre le dessus. En plus, il ne faut pas oublier que tout le monde n'a pas de smartphone, et parmi ceux qui en ont, peu l'utiliseront pendant qu'ils font les courses (peu de temps en regle générale...)
    Drichin
    D'accord avec l'amélioration de l'information, mais j'ai l'impression qu'on accorde beaucoup trop de place aux "applications". Il n'y a pas que les smartphones dans la vie (d'autant plus que, comme indiqué dans le chapitre précédent, ils sont bourrés de terres rares et autres matières premières bientôt en pénurie), les bonnes vieilles étiquettes papier c'est aussi simple (avec des grilles partant de A comme c'est déjà la cas pour d'autres sujets, de plus tous les gens ne prennent pas le temps de lire des développements complexes, ils se fient surtout aux "notes") et moins problématique du point de vue environnemental (on n'aura qu'à certifier le papier FSC, allez !).
    Al
    Non car rien ne vaut une explication courte et claire directement sur l'étiquette. Déployer une application en flash code revient à rendre invisibles les informations que l'on voudrait au contraire voir figurer à côté du prix du produit sur l'étiquette. L'affichage de la durée de disponibilité des pièces détachées, qui est obligatoire depuis la loi Hamon, est beaucoup plus prometteur. Il faut maintenant passer à l'étape supérieure et rendre obligatoire la disponibilité a un coût raisonnable pour le consommateur des pièces détachées pendant 2 ans (durée minimale de garantie au niveau européen)
    Cyber-cornychon
    Encore quelque chose qui encourage l'utilisation des smartphones énergivores, polluants et émetteurs d'ondes dangereuses pour la santé. Il faut trouver un autre moyen de faire passer l'information. De toute façon la plupart des gens ayant un smartphone ne s'intéresse pas à ce genre d'informations et ne flashera pas le code. Il faut plutôt sensibiliser gens avant d'arriver dans les magasins et ensuite leur donner l'information sur ce qu'ils achètent. Ou tout simplement interdire ce qui pollue et génère des déchets dont nous en savons que faire.
    E. Pierre
    Une classification simple, claire et lisible a été proposée aux fabricants en ce sens... mais a été refusée par eux : elle aurait trop mis en évidence les produits à ne surtout pas acheter !
    Aarp
    oui, oui, oui, oui, oui !
    AC30
    C'est bien joli, les flash-codes, mais une bonne partie de la population ne les utilise pas, notamment les personnes âgées et tous ceux qui font l'effort louable de refuser les smartphones. Déjà étendre l'obligation de publication des ingrédients pour les produits alimentaires aux autres produits, ce serait bien. Peut-être avoir une possibilité d'accès à ces informations sur les sites internet des fabricants ?
    Sibylle MACRON
    Pourquoi pas, mais il faut qu'une information soit écrite sur les produits, on ne va pas flasher à chaque fois qu'on veut acheter un produit de consommation courante.
    NO PLASTIC IN MY SEA
    Nous proposons un label "plastic free" pour les commerces proposant une offre sans plastique.
    Olivier N
    Et vous allez faire comment avec les produits importés ?
    LENORMAND76
    1 ) Ce qui est pris en compte, c'est l'IC ( information du consommateur), uniquement pour ce qui concerne les aspects environnementaux (économie circulaire) ; il ne faut pas oublier qu'il y a d'autres aspects que le consommateur doit être en mesure de prendre en compte, et d'une manière cohérente et harmonisée ( étiquetage nutritionnel - Ex Nutri-score ; consommation d'énergie des appareils electriques ;....)
    H MORVAN
    Un affichage simple et clair ne nécessitant pas de recours à des technologies est indispensable. Il faut accompagner le citoyen dans ses choix. Concernant les produits alimentaires, l'affichage de la valeur nutrionnelle + notation est indispensable pour accompagner l'évolution vers une alimentation de qualité et non quantitative (pourquoi pas le prix de revient des Kcal en sus de leurs composantes ?). Enfin, pour lutter contre les importations, ou du moins tenier compte des origines géographiques, impacter le réel coût du transport sur les produits (c'est-à-dire le coût global, impacts environnementaux inclus) sur les produits et l'afficher clairement : c'est aussi éduquer à la conso-responsabilité.
    LENORMAND76
    2 ) Le texte dresse une liste des informations qui doivent être mises à la disposition des consommateurs ; c'est bien ; mais ce n'est pas suffisant, car on reste au niveau des généralités. il convient maintenant de définir des principes généraux de cohérence et d'harmonisation de ces IC ; et comment, et dans quel cadre institutionnel les opérationnaliser
    C@ptain
    Aujourd'hui on connaît sur la plupart des emballages de charcuteries industrielles, leurs composants. Par contre, chez un charcutier, traditionnel impossible de savoir ce qu'il y a, certains y vont forts sur les rehausseurs de gout ou de couleur ... en vous vendant du maison ...
    Molis
    L'information via une application numérique ne doit pas être unique. En complément des guides papiers doivent être proposés. La réglementation sur l'affichage de disponibilité ou non des pièces détachées doit être améliorée en particulier : Tous les appareils pour lesquels les distributeurs ne disposent pas d’information sur la période de disponibilité des pièces détachées doivent porter la même mention : « Pas de pièce détachée garantie ».
Back to top