3 - Mieux consommer

Allonger la durée de vie des produits par le soutien au réemploi, à la réparation et à l’économie de fonctionnalité

  • Renforcer l’offre des acteurs du réemploi et de la réparation

    Renforcer l’offre des acteurs du réemploi, de la réparation et de l’économie de la fonctionnalité, pour faciliter le recours par un particulier à leurs services plutôt que de jeter un bien et d’en racheter un nouveau, tout en renforçant la place de l’économie sociale et solidaire au sein de notre économie.
    Cela passe par une meilleure structuration de l’offre de réparation pour la rendre plus compétitive et plus facile d’accès pour les consommateurs. Plusieurs options sont envisageables :
    - développer des plateformes numériques de mise en réseau des réparateurs et de mise en relation avec les consommateurs ;
    - renforcer l’implication de certains éco-organismes aux activités de réemploi et de réparation en mettant à disposition des consommateurs une cartographie territoriale des services de réparation et de réemploi facilement accessible et de qualité ;
    - examiner les options pour améliorer la concurrence entre réparateurs et les leviers économiques ou fiscaux pour permettre une baisse effective des prix des services de réparation.
    Cthulhu24
    Offre à développer car beaucoup de biens qui sont actuellement jetés peuvent être réparés. Des réparateurs compétents qui seraient prêts à passer du temps à dénicher la panne seraient une bonne chose. Nous sommes poussés à consommer et à jeter au lieu de réparer. Le coût de la réparation annoncé par les marques, souvent prohibitif, est un frein à la réparation alors que souvent il ne faut par exemple pas changer toute une carte électronique mais seulement refaire une soudure ou changer un seul composant. Les "petits" réparateurs ne sont pas encore très répandus mais c'est une solution à développer.
    MARIANNE CARITEZ
    Il existe une reconnaissance qui s'appelle Répar'Acteurs avec le slogan "Je Répare ... Et ça repart !" et qui permet aux artisans de la réparation d'être plus visible. Ce sont les Chambres de Métiers et de l'Artisanat qui ont inventé et développé cette reconnaissance et ont crée des annuaires où sont référencés les artisans de la réparation qu'ils soient Répar'Acteurs ou non. Dommage que ces annuaires ne soient pas bien connus. Exemples : [lien supprimé] - [lien supprimé] - [lien supprimé] - [lien supprimé] - [lien supprimé] ... L'avantage c'est que l'offre de service des Répar'Acteurs est détaillée.
    MARIANNE CARITEZ
    Pourquoi ne pas envisager une TVA réduite sur les prestations de réparation : 7 à 10 %. Cette mesure pourrait largement inciter le consommateur à avoir le réflexe "Réparation" plutôt que pensez à jeter.
    Floriane75
    Offrir la possibilité de réparer soi-même ses appareils électroménagers lorsque cela est possible. Orienter vers des réparateurs indépendants en parallèle. Demander aux fabricants de favoriser la mise à disposition des informations dédiées aux consommateurs (doc techniques, etc.)
    Lucie Daphné
    Installer des points de dons faciles d’accès pour pouvoir confier ses objets qui ne servent plus mais fonctionnent encore. Autant de lieux conviviaux pour acheter également des produits d'occasion propres et fonctionnels. Cette vraie solution pour prolonger la durée de vie des produits empêche nos ressources de finir en déchets.
    ABDC
    Defiscaliser les prestations de réparation sur l'impôt sur le revenu comme cela se fait déjà dans certains pays nordiques.
    Elodie Envt NA
    Améliorer la connaissance des artisans de la réparation sur nos communes, nos territoires afin de faire appel à leur service pour demander des devis et faire réparer nos objets. En tant que citoyen contribuer à maintenir nos artisans de proximité. La réparation peut nous permettre d'augmenter notre pouvoir d'achat et faire évoluer nos modes de consommation. Il est possible de connaitre des réparateurs de proximité via l'opération Répar'acteurs porté par les Chambres de métiers et de l'artisanat.
    Fabrice Kaïd
    Les ressourceries et recyclerie de France constituent l’une des solutions efficaces pour accompagner les consommateurs et les professionnels pour prolonger l’usage des matières et des objets. Pourtant, le financement de ce travail d’intérêt général à but non lucratif si nécessaire, ne trouve pas de ressources à la hauteur des besoins structurels. Une éco contribution sur les externalités négatives, type enfouissement, pourrait apporter des moyens aux externalités positives que sont la réutilisation des déchets, la pédagogie, la sensibilisation et l’éducation populaire afin de motiver nos concitoyens à de meilleures pratiques.
    Fabrice Kaïd
    Une ressource calculée sur le tonnage réel retournés dans la consommation, donnerait des moyens pour développer des structures de proximité qui est la solution la plus efficace pour accompagner les logiques de consommation de seconde main. Le bien être économique et social généré localement par chacune des organisations est tout à fait exemplaire d’un changement de comportement attendu par un grand nombre de consommateurs. Cette tendance citoyenne confirme une forte motivation pour s’engager dans de nouvelles pratiques écologiques. De plus, c’est pas moins de 850 emplois potentiels pour 10 000 tonnes, alors que pour 10 000 tonnes dans le recyclage, ce sont 10 emplois et 1 emploi dans l’enfouissement.
    aglaee
    Une documentation technique pour assurer la réparation, avec la référence des pièces détachées disponibles, devrait faire partie des documents remis à l'acheteur au même titre que les informations sur les garanties.
    Julien Ripaud 1
    Travaillant dans une Ressourcerie intégrée au Réseau National des Ressourceries, il me semble que le modèle économique des Ressourceries est aujourd'hui fragile, et fragilisé par sa dépendance aux politiques liées à l'emploi, et particulièrement à l'insertion par l'activité économique. En effet, la part des ventes (autofinancement) fluctue entre 30% et 67% du budget en fonction de la structuration. La remise en question des contrats aidés fragilise instantanément le modèle établi, et nous pousse à la réflexion pour la suite. En effet, le Réemploi et la Réutilisation sont définis comme prioritaire par la Directive Européenne et les lois Françaises concernant la gestion des déchets.
    Julien Ripaud 1
    Il est aujourd'hui nécessaire de trouver un mode de financement concernant la part de service publique rendue en termes de réduction des déchets sur les territoires. Par quel moyen ? Une taxe ? Une participation des éco organismes ? Un rapprochement systématique avec les EPCI en charge des déchets ?
    lucy31
    pourquoi pas. Mais tout cela est vain si les préalables ne sont pas réunis : des produits réparables (donc démontables et pour lesquls on trouve les pièces détachées)
    emmanuelbenoit
    Un soutien fiscal à la réparation est un bon moyen d'encourager une démarche écoresponsable. La réparation devrait être considérée comme un service à la personne.
    andre.bapjg
    - Banir l'usage de pieces (e.x. rivets...) rendant les équipements non démontables/remontables. - Permettre l'accès libre à la doc technique - Incitation fiscale (TVA réduite ?) pour les activités de réparation
    Bernarduino .
    Exigeons la fabrication "open source", les pièces détachées standards- ex: pourquoi changer le modèle de résistance d'un type de machine à l'autre- la fabrication par modules facilement interchangeables.....
    NicoAym
    Les démarches de réemploi/réparation doivent absolument être favorisées, par une taxation plus légère (taux tva réduit) pour les activités rémunérées, ou subvention pour les activités bénévoles (qui ont un action positive et évitent des coûts de retraitement aux collectivités)
    Laurent C21
    Appliquer la TVA réduite pour la réparation de TOUS les biens équipements de consommations courantes (de la chaussures à la TV) Faire reconnaitre auprès du grand public les TPE /artisans locaux pour leurs actes de réparation
    dom57
    soutien aux petits réparateurs électroniques, il y en a trop peu sur le territoire
    Jean-luc D.
    je positionne mon commentaire ici, vu que la thématique "économie de fonctionnalité" (présente dans le titre) n'est pas proposée. Le système en place (relations aux partenaires financiers, approche comptable via amortissement...) n'est pas du tout favorable au déploiement d'une économie de l'usage. Revoir les règles pour permettre le déploiement de cette solution de consommation alternative est un axe à ne pas négliger.
    MF63000
    revoir la TVA à la baisse pour les activités de réparation afin de les rendre économiquement plus intéressantes pour le consommateur
    Geoffroy
    Excellente mesure, reste à cibler les leviers concrets d'action. Cette filière a été tuée par le productivisme et l'absence d'éco-conception sur les produits mis sur le marché.
    ANNE-CLAIRE ASSELIN
    Peut être faut-il donner envie : rendre la réparation et la maintenance plus trendy ; plus "fun"; plus créateur de lien social? Un lien avec l'éducation serait aussi bienvenu : atelier "je répare" à l'école ?
    Isis62
    Promouvoir, faire connaître, transmettre les informations aux élèves
    Denis JEANT
    L'obsolesence programmée est de plus en plus courante, comme le cycle de produit court surtout dans le high tech
    ABonneauCressBretagne
    Cartographier et promouvoir l'offre de réemploi (notamment fortement portée par les acteurs de l'ESS).
    ABonneauCressBretagne
    Dans les filières REP: mieux rémunérer et inciter le réemploi par rapport au recyclage
    ABonneauCressBretagne
    Soutenir fortement le développement des activités de réemploi portées par l'ESS, qui sont une activité économique, mais qui rendent un service environnemental fort, et dont le modèle économique reste fragile.
    baobab
    Arrêtons l'obsolescence programmée...et faisons en sorte que réparer coute moins cher que de racheter. Il faut développer les ressourceries et leur permettre d'embaucher autrement qu'avec des contrats précaires, elles sont d'utilité publique.
    Julien P.
    Les éco-organismes doivent être moteurs pour des actions auprès de leurs adhérents pour dynamiser la réparabilité, pas simplement être relai d'information des initiatives locales existantes. L'amélioration de la concurrence entre réparateurs sera possible quand les filières seront économiquement viables. 1 plateforme internet nationale + s'appuyer sur les initiatives des collectivités.
    ActionEcolo
    Favoriser les société de réparation par une fiscalité allégée (TVA ou cotisations)
    AFNUM
    L’AFNUM est favorable aux mesures incitatives permettant la prolongation de la durée d’utilisation des produits. Il convient toutefois d’intégrer les enjeux de qualité, de sécurité et de propriété intellectuelle à ces propositions. Ces mesures peuvent en effet être intéressantes mais doivent être couplées à l'exigence d'avoir des réparateurs agréées ou du moins formés ayant des pratiques et des pièces qui permettent une bonne utilisation ultérieure du produit de manière sécurisée.
    AFNUM
    Pour les produits de haute technologie, la demande croissante des utilisateurs pour des produits connectés plus minces, plus légers et remplissant plus de fonctions ajoute à la complexité de la conception, de la fabrication et de la réparation des produits. Par conséquent, dans l'intérêt du consommateur et de la réputation de la marque, les fabricants forment et fournissent l'expertise nécessaire pour garantir la qualité de la réparation. L'utilisation de centres de réparation agréés offre également de plus grandes possibilités de prolonger la durée de vie des produits grâce à la disponibilité de volumes importants de pièces et d'installations et la garantie d’une bonne gestion des déchets.
    AFNUM
    La mise à disposition d’une cartographie d’acteurs dits “de qualité” nous semble intéressante mais nous semble relevée du rôle de l’ADEME voire des syndicats professionnels et non d’une nouvelle mission des éco-organismes.
    Lsanchez
    Je pense qu'il faudrait évaluer la durée de vie d'un bien de manière théorique et mettre une amende aux industriels qui font exprès de réduire ce temps de vie pour que l'on consomme plus... A la rigueur, que la réparation chez l'industriel qui les fabrique soit gratuite la première fois que l'on vient le réparer, ça les pousserait peut-etre à eviter l'obsolescence programmée en leur coutant plus cher...
    Drichin
    Il va falloir sérieusement soutenir ce secteur, pour que le réflexe "réparation" prédomine sur celui "balancer et remplacer par du neuf", notamment en faisant en sorte que la 2e option coûte toujours plus cher !
    Tabye
    Et punir les cas avérés d'obsolescence programmée
    Molis
    Un secteur où le réemploi peut être immédiatement encouragé est celui de la consigne : Rendre à nouveau obligatoire l’usage d’emballages re-remplissables consignés ; Lancer des appels à projets régionaux pour la consigne pour réemploi des bouteilles en verre prévoyant des financements d’équipements (centres de lavage, espaces de stockage) ;
  • Afficher, sur une base volontaire d’ici le 1er janvier 2020, pour certaines catégories de produits (électroménager, outils…), une information simple sur leur robustesse (réparabilité, durabilité)

    Afficher, sur une base volontaire d’ici le 1er janvier 2020, pour certaines catégories de produits (électroménager, matériel de bricolage…), une information simple sur leur durée de vie (réparabilité, robustesse, durabilité), en développant un référentiel harmonisé d’information pour le consommateur. La France portera le combat contre l’obsolescence programmée au niveau européen pour faire de cette information sur la robustesse des produits une obligation.
    Supercop
    Cela pourra devenir une valeur ajoutée à la vente, mais attention a ce que certain n'affichent pas de informations erronées pour pousser leurs ventes. Il faudra un controle important, qui devra faire ça ? Les enseignes qui vendent les produits ? Ou un acteur indépendant ?
    cedricb
    et aussi vérifier l'obligation déjà en place de réparation de certains produits (comme les brosses à dent électriques dont on ne peut changer les piles...)
    Didier Mille
    Combattre l'obsolescence programmée en obligeant les fabricants à allonger les durées de garantie et non pas l'inverse comme cela est la tendance
    Floriane75
    Ces informations pourraient être mises en place ou vérifiées par des entités différentes des fabricants pour éviter toute information erronée.
    BIODIVERSITE
    Afficher, sur une base volontaire d’ici le 1er janvier 2020, et de façon réglementaire d’ici le 1er janvier 2025 pour certaines catégories de produits (électroménager, outils…), une information simple sur leur robustesse (réparabilité, durabilité)
    Jean-Philippe BASSANO
    Rendre cette information obligatoire sur tout les produit vendu sur le territoire français.
    Fred BADINA
    Pourquoi sur une base volontaire?
    CTRC Normandie
    L'information sur la réparabilité devrait être indiquée sur l'emballage, le consommateur pourra de ce fait mettre en concurrence les fabricants sur la durée de mise à disposition des pièces pour la réparation.
    AlexandreT
    Rendre la possibilité de remplacement de batterie de tout appareil obligatoire pour être commercialisé sur le territoire européen. Rendre leur format standard et rendre les embouts de chargeurs standards également.
    aglaee
    Comment le consommateur peut-il comparer les produits si l'information concernant la réparabilité, la durabilité est laissée au bon vouloir du producteur? Ne pas pouvoir changer des piles ou une batterie équivaut à de obsolescence programmée. Une charte d'engagement du producteur de participation à l'économie circulaire (autre que valorisation énergétique par combustion) devrait être mise en place, dont un des critères serait la réparabilité.
    flow
    pas sur une base volontaire : cela doit être obligatoire !
    Bernarduino .
    Cette proposition, c'est de la poudre aux yeux. C'est tout le système qui est à revoir. Il doit y avoir une réflexion globale sur la conception, fabrication, sav.... menée par des gens compétents au niveau technique et non pas par des financiers ou des personnes n'ayant aucune connaissances dans ce domaine. Le coup de l'étiquette cela me fait doucement rire!!!!(jaune).
    Pezynj
    Je ne pense pas que ceci doive se faire sur la base du volontariat. Afficher une information sur la réparabilité, la robustesse et la durabilité de son produit devrait être rendu obligatoire.
    expertepinard
    Interdire la vente de produit du type appareils ménagers qui n'ont pas de pièces détachées (après la garantie légale) ou à un prix prohibitif et même punir ces fabricants.
    dommarie
    il faut l'imposer.
    NicoAym
    Pourquoi sur une base volontaire ? Il est temps de changer, ayons le courage :)
    ELECTRO DEPANNAGE
    Je suis dépanneur en gros électroménager et je trouve inadmissible les constructeurs qui ne permettent pas de remplacer les roulements de leurs lave-linges en montant des cuve thermos-soudées et qui oblige le consommateur à remplacer l'appareil à cause du prix dissuasif de leur bloc laveur, la machines Coréennes, elles, sont démontables.Donc c'est possible pour tous.
    Isabelle
    Mouais... pas assez incitatif / dissuasif... Je préfèrerais augmenter la durée de garantie des appareils à 10 ans, avec obligation de réparation (sinon, on continue de faire du jetable)
    ca59
    On peut toujours rêver!
    Laurent C21
    Indispensable pour stopper la course aux déchets. Associer / obliger à un circuit de la réparation hors SAV pour tout vendeur / fabricant
    ClaireD
    Oui mais pas de façon volontaire.
    Majoli
    Rendre réparable tous les produits mis sur le marché! En finir avec l'obsolescence programmée, OBLIGER aux produits de bases fabriqué en Europe d'avoir leur pièces détachées produit réparable avec une deffiscalistion à la clé.... revenir aux produits simple avec moins d'électronique pour la durabilité et un impacté environnemental moins important! ....
    np
    Afficher sur une base OBLIGATOIRE d'ici 2020 et volontaire d'ici 2019
    Geoffroy
    Ce n'est pas d'un référentiel dont la filière a besoin mais de la possibilité d'allonger la durée de vie des matériels selon moi. Ainsi, l'accès aux pièces détachées est essentiel et la remise en place (car elle s'est peu à peu éteinte) d'un réseau de réparation à coût attractif par rapport à l'achat d'un produit neuf.
    Laetitia Blondel
    Luttons contre l'obsolescence programmée!!
    Anthony Henry
    Il est nécessaire que cela soit porté au niveau européen pour que la concurrence entre les entreprises soit équitable
    Lau33
    Obligatoire, ce serait plus efficace non ?
    Julien P.
    Pas de volontariat mais une obligation si l'on veut que les fabricants agissent. Au moins sur certains produits les plus polluants en termes de fabrication et de gestion de la fin de vie : appareils électriques et électroniques...
    Amé C
    Je suis étonnée du terme "volontaire", n'y a t'il pas une loi de lutte contre l'obsolescence programmée, à quand sa mise en application concrète?
    Muriel CHAGNIOT
    Les associations de consommateurs et UFC que choisir et les indices de prix devraient tenir compte de la piètre qualité des produits achetés pas cher. Commentaire d'un vendeur sur le marché : mais les fabricants français ça n'existe plus ; en chine aussi ils savent faire de la qualité il suffit de leur demander ; ici ils vous vendent plus cher et fabriquent en Asie
    FIDAREC
    Ok en vérifiant que les nouvelles techno ne sont pas très largement plus performante. Organiser cette veille à l’échelle nationale sur base des pratiques des consommateurs.
    AFNUM
    La durée de vie dépend de plusieurs facteurs : la conception, la maintenance, l’entretien, les conditions et l’intensité d’utilisation des produits, la disponibilité des pièces détachées essentielles et des services (normes de télévision, normes de radio…), la réparation dans des conditions techniques et de sécurité optimales, le réemploi, la réutilisation et le coût du produit. Seule l’affichage d’une durée de vie normative calculée en fonction de scénarios d’utilisation définis est possible. La durée de vie réelle du produit dépendra des conditions d’utilisation et d’entretien des équipements
    AFNUM
    (exemples : ordinateur allumé 24h/24 laissé sur secteur / ordinateur en veille transporté avec le disque dur allumé / téléphone portable utilisé dans des températures très élevées ou à l’inverse très basses / TV en usage domestique standard allumée 4h par jour Vs TV allumée 24h/24 dans le hall d’un hôtel /modèles d’utilisation différents sur un même produit : ordinateur utilisé pour des jeux vidéo ou simplement pour du traitement de texte / etc.) Toutes ces considérations rendent de ce fait la comparaison très complexe. La mise en place de référentiel est indispensable pour garantir une information fiable au consommateur, comparable et vérifiable.
    AFNUM
    Ces référentiels doivent être différenciés par type de produit. A noter que la Commission européenne a mandaté des instances de normalisation pour qu’ils développent les normes horizontales et génériques indispensables en vue de créer un cadre homogène pour la mesure et le contrôle de ces aspects (durabilité, réparabilité, mise à jour) dans un délai très court (publication en 2019). Nous rappelons qu'il existe plusieurs réponses aux enjeux de durabilité : la fiabilité et la robustesse, la réparabilité, la démontabilité, la modularité. Par exemple : un produit moins démontable ou moins modulaire peut davantage résister à la poussière ou l’humidité.
    Drichin
    Oui à l'obligation au niveau européen ! Et surtout, appliquer la loi sur l'obsolescence programmée, pour qu'elle soit dissuasive...
    PFW
    Le volontariat n'est efficace que s'il est assorti de standards et d'une approche "name and praise/shame"
    Al
    Plutôt que de sur-informer un consommateur déjà saturé d'informations, simplifions lui la réparation d'un bien sous garantie en imposant la disponibilité des pièces détachées à un cout raisonnable pour le consommateur pendant 2 ans (durée de garantie minimale légale européenne).
    J Adamczewski
    Pourquoi sur une base volontaire?
    AC30
    Oui, mais il faudra prévoir un contrôle de l'exactitude de l'information...
    whynot38360
    Obligatoire et non sur une base volontaire, sinon seuls les plus vertueux vont le faire...c'est les autres qu'il faut faire bouger !!
    Verdi
    il me semble que l'affichage si volontaire ne sera que peu utilisé - pourquoi pas obligatoire ou bien pour simplifier l'information, changer l'affichage sur les consommations en energie par un double notation : portant sur la conso n energie mais aussi sur sa durée de vie de l'appareil ou sa recyclabilité ?
    H MORVAN
    IPourquoi ne pas surtaxer le bas de gamme en incluant dans le prix d'achat le surcoût de recyclage dudit produit en comparaison avec des produits éco-conçus afin de dissuader le consommateur à l'achat du médiocre ou du moins le responsabiliser vers l'achat de produits raisonnés.
    yomchaid
    Le volontariat doit être accompagné par une exigence de la loi et d'une éducation en particulier du consommateurs.
    Benoît DEMOL
    Il faut imposer que ces nouvelles étiquettes soient imprimées sur des machines qui ne sont pas concernées par l'obsolescence programmée !! Il faut donc interdire que ces étiquettes soient imprimées sur des machines dont les marques sont concernées par une enquête (DGCCRF ou autre).
    Molis
    L base volontaire peut être une première étape mais l'obligation d'information sur la robustesse doit devenir rapidement la règle.
  • Etendre l'obligation de fourniture de pièces détachées d'occasion

    Etendre l'obligation de fourniture de pièces détachées d'occasion, dès lors qu'elles sont disponibles, à tous les réparateurs de biens technologique (électroménager, haute-fidélité, photographie, téléphonie...), sur le modèle de l'obligation existante pour les réparateurs automobiles. Porter au niveau européen l’obligation d’un affichage précisant la disponibilité ou non des pièces détachées ;
    Madeline
    Le site Spareka est à prendre en exemple, il propose plein de pièces détachées ainsi que de précieux conseils afin de réparer soi-même.
    CTRC Normandie
    Il est important de mettre en place une politique de sensibilisation des consommateurs en matière d'entretien des matériels. En effet, l'entretien est important dans la durée de vie des appareils que nous utilisons. Les associations de consommateurs sont compétentes dans ce domaine.
    aglaee
    Obliger aussi les producteurs à mettre sur le marché des pièces détachées d'origine à un juste prix. Les pièces détachées, quand elles sont disponibles, sont souvent outrageusement chères et il est parfois économiquement plus rentable pour le consommateur d'acheter du neuf plutôt que de remplacer la petite pièce électronique hors de prix.
    lucy31
    oui, mais dans un second temps. Pour l'instant, il faudrait déjà que les produits soient construits avec des pièces détachables, et non pas d'un bloc.
    Bernarduino .
    Pourquoi n'est pas lancée une consultation auprès des réparateurs, des associations .... pour pouvoir évaluer les difficultés rencontrées lors des dépannages, en termes de recherche de pannes-absence de documentation schémas, plans mécaniques- et sur la difficultés à se procurer des pièces détachées- disponibilité, coût... et de facilité d'aboutir à une réparation?
    Laurent C21
    Indispensable et complémentaire aux autres actions : rendre la pièce détachée disponible : obligation d'un réseau de la pièce détachée disponible pour tous les réparateurs (entreprises ; ESS; autoréparation)
    AGILLET
    Et s'assurer que les équipements soient démontables pour pouvoir changer une pièce.
    Rémy Mahoudeaux
    Mes commentaires sur ce sujet et sur d'autres commentaires au bout du lien [lien supprimé]
    Geoffroy
    Selon moi essentiel pour minimiser le coût des réparations et donc faciliter le renouveau de cette filière.
    hfarru45
    l'obligation d'étendre la garantie des produits bien au de la des 1 ans obligerait très simplement les fabricants a concevoir des produits plus pérennes et a maintenir ces produits plutôt que systématiquement créer des cycles de modele ayant une obsolescence annuelle pour stimuler le renouvellement
    Lau33
    Oui !!
    AFNUM
    Cette mesure doit faire l’objet d’études de faisabilité et économique par type de produit de manière à identifier les besoins et à mettre en perspective les enjeux économiques et les objectifs visés. On peut imaginer que la mesure n’ait pas d’intérêt pour toutes les pièces du fait des coûts de collecte, de démontage, de contrôle, de stockage, de logistique.
    AFNUM
    Il convient également d’intégrer les enjeux de qualité, de sécurité et de propriété intellectuelle. La mise à disposition de pièces détachées doit être couplée à l'exigence d'avoir des réparateurs formés ayant des pratiques qui permettent une bonne utilisation ultérieure du produit de manière sécurisée.
    Verdi
    important de baisser la fiscalité sur les pieces d'occasion et sur la prestation de reparation (main d'oeuvre) car auj cela reste encore cher / appareils bas prix
    Maxime Daviau
    Inciter très fortement les fabricants à fournir des explications clairs sur les méthodes de réparation
    yomchaid
    Étendre l'obligation de produire des objets durables - réparable c'est bien mais qui ne tombe pas en panne c'est encore mieux. Toujours mettre en avant qu'un déchet qui n'est pas produit c'est mieux qu'un déchet même retraité.
  • Renforcer l'information du consommateur sur la garantie légale

    Porter, dans le cadre de la révision de règles européennes en matière de garantie légale de conformité, un renforcement de l'information du consommateur sur la garantie légale de conformité (meilleure distinction avec les garanties commerciales), une priorisation de la réparation du bien plutôt que son remplacement à l'identique et un allongement des durées de garantie (passage de la durée de garantie des machines à laver de 2 ans à 5 ans par exemple).
    cedricb
    j'aime bien l'extension des durées de garantie
    CTRC Normandie
    Les associations de consommateurs dans les régions travaillent sur cette information, mais le manque de moyens limite le nombre d'actions.
    np
    Porter la garantie légale à 10 ans
    Geoffroy
    Et en complément mettre le nez sur les extensions de garantie relativement inutiles qui nuisent à la bonne information des consommateurs. Bonne mesure selon moi.
    Isis62
    Interdire l'obsolescence programmée et étendre les garanties.
    hfarru45
    étendre cette durée de garantie pour contraindre les fabricants a concevoir des produits pérennes
    Anthony Henry
    Il est nécessaire de travailler avec les distributeurs pour réellement prévoir la réparation un maximum des produits. En parallèle, il faudrait augmenter la garantie légale au niveau européen à 5 ans minimum pour tous les produits
    AFNUM
    À ce jour, il n’existe pas d’étude démontrant l’effectivité de l’allongement de la durée de garantie légale de conformité sur l’allongement de la durée de vie des produits et la réduction de la production de biens et de déchets. En revanche, un allongement de la durée de la garantie légale de 2 à 5 ans, voire 10 ans, peut avoir des conséquences négatives tant sur le plan économique que social et écologique. Le niveau européen du débat nous semble être le niveau adapté pour éviter toute distorsion de concurrence entre Etats membres.
    Drichin
    Excellente initiative. trop peu de gens comprennent la différence entre garantie commerciale / légale... pour ceux qui connaissent cette dernière (il y a aussi celle des vices cachés).
    Maxime Peyron
    Mettre en place un bonus-malus sur la durée de garantie : ça inciterait les fabricants à tourner le dos à l'obsolescence programmée, et ça permettrait aux consommateurs d'être aidés pour acheter des produits plus responsables.
    yomchaid
    Et pourquoi ne pas légiférer pour que la "garantie commerciales" porte un autre nom que garantie, comme par exemple "assurance". Et absolument prolonger la garantie légale de conformité.
    Molis
    L'allongement des durées de garantie est un facteur déterminant dans la durabilité des produits
Back to top